Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 17:16

COMPLEMENT D’EXPERIMENTATION DE FABRICATION D’ELEMENTS DE PARURE EN COQUILLAGES MARINS D’APRES LES SITES-ATELIERS ET LES SOURCES DE MATIERES PREMIERES DANS L’AUDE – SUD DE LA FRANCE

Paulette Pauc

 

Résumé :

Les sites-ateliers de l'Aude (F.), principal objet de l’étude archéologique représentent un important ensemble, en Méditerranée occidentale, datable du Néolithique au Bronze ancien. Les ateliers de plein air, à vocation domestique, principalement consacrés à la fabrication de rondelles d'enfilage réalisées en test de Cerastoderma glaucum puis occasionnellement de grains d’enfilage et de pendeloques en coquillages, sont situés sur la partie orientale des Corbières audoises. Le début de leur étude m'avait amenée à établir un descriptif détaillé de la technique employée par les artisans de cette région et de démarrer une chaîne opératoire expérimentale en 1996. Je suis actuellement en mesure de rectifier ou de préciser certaines des hypothèses préétablies, grâce à la révision du matériel recueilli sur les sites, de nouvelles observations faites sur les ateliers ainsi que la prospection de plusieurs dépôts littoraux marins coquilliers du Quaternaire moyen en association avec un nouveau protocole expérimental.

 

Abstact :

The sites in l’Aude, southern France, which have been the subject of an archaeological study, represent an important western Mediterranean group of shell bead workshops dated to the Neolithic and Early Bronze Age. The open-air workshops, which are situated in the eastern part of the Corbières, occur in a domestic context and were principally devoted to the manufacture of disc beads from the shells of Cerastoderma glaucum and occasionally other shell beads and pendants. The author began a detailed study of the techniques used in the workshops in this region in 1996, based on experimental work. She is now in the process of correcting and clarifying some previous hypotheses on the basis of the re-examination of material collected from the sites, new observations made on the workshops, and the discovery of several coastal deposits of Quaternary marine shells and local deposits of flint and sandstone used in the manufacturing processes, in association with a new experimental protocol 1.

 

1 : Résumé anglais de Janet Ridout-Sharpe dans ARCHAEO+MALACOLOGY GROUP Newsletter N° 14, December 2008 :  http://triton.anu.edu.au/

 

*Recherches & Développement Culturel en Corbières - 11220 Coustouge (F).

UMR 5608 TRACES - AXE 3 : Les sociétés du Néolithique et du début des Ages des métaux - EHESS – Toulouse (F)

 

 

HISTORIQUE

En 1996, cinq années après la découverte d’une première série de sites-ateliers de fabrication de rondelles d’enfilage en test de Cerastoderma glaucum, j’ai eu l’opportunité de participer aux Journées d’Archéologie expérimentales au Parc archéologique de Beynac, en Dordogne. J’ai publié dans le bilan de ces journées le balbutiement de mes recherches archéologiques ainsi que mes premiers résultats expérimentaux (Pauc 1997). Les rondelles sont effectuées, à ce moment-là, à partir de coquillages déposés au bord des étangs du littoral audois. D’autres éléments de parures sont comparés puis certains sont simplement décrits. Le silex employé est celui qui est mis à la disposition au Parc de Beynac, provenant de Dordogne et d’Indre-et-Loire.  

J’ai poursuivi mes recherches sur les sites archéologiques et, parallèlement, j’ai recherché les matières premières utilisées par les artisans préhistoriques (Pauc 2000). Les informations géologiques relatives au Quaternaire en Méditerranée et localement sur le paléorivage eutyrrhénien du Quaternaire moyen (129 000 ans maximum) me permettent de retrouver les gisements connus  (Ambert et al. 1982), (Ambert et al. 1993), (Barrière et al. 1965), (Chavan 1945) et d’en découvrir un d’inédit  (Pauc 2000). L’aspect et l’étude biométrique de cette malacofaune sont identiques à celle des ateliers de fabrication de parure. La liste des espèces et variétés fossiles (Barrière 1966a) (Barrière 1966b) correspond à la sélection des collecteurs/utilisateurs. Une excellente disponibilité des valves de Cerastoderma glaucum, espèce dominante dans ce niveau coquillier appelé par les auteurs « niveau à Cardium », garantit également leur utilisation. La collecte malacologique permet de refaire à l’identique divers éléments de parure.

 

TECHNIQUES

En 1998, j’ai confectionné un second foret à pompe (fig. 1) tout en buis car ce taxon a été retrouvé sous forme de pollens en région méditerranéenne depuis la Préhistoire (Vernet 1997). Pour la construction de l’outil, je me suis inspirée du foret à pompe reconstitué à partir d’un disque en terre cuite trouvé dans le Chalcolithique de Bulgarie (Skakun 1993) et du modèle archaïque employé par les indigènes des Iles Salomon (Malinovski 2002). Le poids cylindrique est enfilé sur la tige en bois jusqu’au troisième tiers inférieur où il se bloque grâce à la surépaisseur du bois. Le haut de la tige est perforé pour faire passer la lanière en cuir qui s’attache de part et d’autre de la barre d’action. La base de la tige est équipée d’un cylindre amovible. Celui-ci est creusé d’une part pour s’enfoncer à l’extrémité de la tige et de l’autre côté creusé pour y fixer, à l’aide d’un morceau de cuir, la mèche en silex.

L’année suivante, j’ai mis en application le calibrage individuel des rondelles d’enfilage en m’appuyant sur le polissoir à gorge de Marolles-sur-Seine (Augereau et Bonnardin 1998). Ensuite le mode de calibrage à l’unité a été précisé avec le polissoir à gorges, en grès, de Châteauneuf-les-Martigues (Courtin 2000). L’expérimentation montre que l’on peut calibrer de deux manières les préformes perforées. Elles sont régularisées par frottements répétés, perpendiculairement au contour de la pièce, sur une plaque de grès, en creusant une gorge en forme de U - correspondant au diamètre de la perle – (fig. 2) ; techniquement, c'est la seule façon d'obtenir une tranche plate, qui peut aussi se montrer sub-aplatie, suivant la précision du geste. Si l'ébauche perforée est régularisée par frottements répétés parallèlement au pourtour de la tranche, sur une plaque de grès, cela crée une rainure en v pointu à u arrondi qui donne une tranche anguleuse, sub-arrondie, voire arrondie suivant le degré d'inclinaison de la bordure (fig. 3, fig. 4, fig. 5).Yvette Taborin imaginait un système de découpe, du pourtour des rondelles de la tombe de Germignac, au moyen d'un outil tournant grâce auquel on obtiendrait des tranches anguleuses, tout en notant également des tranches arrondies (Taborin 1984). L’appareil supposé est un trépan qui sert à découper des rondelles dans les coquillages de nacre, entre autre, pour faire des boutons. En l’absence “d'outil néolithique” spécifique, l’expérimentation par des gestes simples, voire maladroits, a donné de semblables résultats.

En 2001, Jacques Reinhard, spécialiste des restes textiles au Service archéologique de Neuchâtel en Suisse, m’a donné diverses fibres naturelles pour les expérimentations. En choisissant au hasard, j’ai réalisé une cordelette selon sa méthode (Reinhard 1997), à deux brins en S-2Z (figure 6), que je pense en fin liber de tilleul, (Pauc et Reinhard 2002). Il confirma l’année suivante, lorsqu’il a vu le collier, que j’ai utilisé des fibres de chanvre. La cordelette a une épaisseur de 1,58 mm, au niveau des raccords, à 1,10 mm au minimum. L’essentiel est de 1,20 à 1,30 mm de diamètre. La longueur du lien est de 80 cm sans compter le nœud. Les éléments de parure occupent une longueur de 22 cm.

 

COMPOSITION DU COLLIER

Le collier (fig.7) est composé d’éléments malacologiques eutyrrhéniens et de perles en stéatite comprenant :

- 1 pendeloque elliptique à perforation centro-latérale et 31 rondelles d’enfilage en test de Cerastoderma glaucum (les plus épaisses ont été tirées de valves des variétés altior (B.D.D.) et umbonata (Wood.).

- 2 Cerithium vulgatum perforés à l’opposé de l’ouverture naturelle par abrasion superficielle puis avec une pointe en silex

- 3 Hexaplex trunculus détériorés par l’action marine

- 3 Nassa sp. perforés à l’opposé de l’ouverture naturelle par abrasion superficielle puis avec une pointe en silex

- 2 Monodonta turbinata, dont l’un a été cassé par l’action marine et l’autre perforé à l’opposé de l’ouverture naturelle par abrasion superficielle puis avec une pointe en silex.

- 1 Natica sp. cassé et roulé par l’action marine

- 10 perles en stéatite pyrénéenne ont été ajoutées entre les éléments malacologiques.

Le poids du collier est de 70 gr.

 

RESULTATS DU PORT PROLONGE

Tous les éléments confondus présentent un lustré occasionné par le frottement sur les vêtements de coton, de lin et en laine ou par les manipulations pour le mettre et l’enlever, le toucher occasionnellement et l’observer de près.

Parmi les 31 rondelles d’enfilage se trouvent trois types d’usures caractéristiques sur quelques exemplaires : une ovalisation du cône de perforation (fig. 8), une déformation anguleuse du cône de perforation (fig. 9) et une déformation de l’orifice (fig. 10). Les autres rondelles ont moins subi de modification voire aucune. Tous les éléments montrent un poli brillant localisé. Huit perles ont un contour irrégulier. La rondelle de la figure 3 qui a été calibrée par frottement parallèlement à son axe de rotation est intacte mais très luisante. Elle conserve des traces d’abrasions qui ne peuvent être confondues avec l’ornementation du test en section transversale.

Une des trois coquilles d’Hexaplex trunculus a perdu une partie du relief par l’action marine au niveau du dernier tour de spire. Pour les besoins de l’enfilage, la cordelette passe par l’ouverture naturelle et ressort par l’orifice artificiel. La coquille à cet endroit est très mince. A l’usage, la ficelle a créé une entaille de 4 mm dans le test correspondant exactement à la torsion (fig. 11, fig. 12). Un second Hexaplex trunculus, un peu plus dégradé que le précédent, ne présente qu’une petite encoche occasionnée par le frottement de la cordelette.

Sur les trois coquilles de Nassa sp., une seule des perforations ovales d’origine a en plus une petite encoche sur la zone de contact avec le lien de suspension.

Le Cerithium au plus grand orifice ovale montre une petite encoche, au niveau de la bordure amincie, causée par le frottement répété de la cordelette. Le second Cerithium au test plus fort possède un orifice irrégulier et anguleux, à l’opposé de l’ouverture naturelle, qui s’est émoussé à la longue par le frottement de la cordelette.

Les autres gastéropodes n’ont pas subi de modifications caractéristiques hormis un lustré particulièrement prononcé sur les zones de frottements du lien de suspension. Ces zones sont blanches alors que la teinte du test, dépigmentée, est beige claire à blanchâtre.

 

LIEN DE SUSPENSION 

Le protocole du second collier expérimental est partiellement valide, puisque le chanvre n’est attesté qu’à partir de l’Age du Fer. Le port quotidien, durant un mois, montre que les rondelles d’enfilage et les gastéropodes détériorés par l’action marine ou perforés expérimentalement sont usés à divers niveaux ou de façon insignifiante. Les fibres superficielles de la cordelette se sont rompues de façon plus ou moins importante selon l’emplacement sur le collier (fig. 13, fig. 14, fig.15).

Cette expérience corrige celle de D’Errico et de ses collègues qui ont utilisé des coquillages ramassés sur une plage méditerranéenne pour obtenir divers éléments de parure enfilés sur un lien en cuir et sur des liens en chanvre. Le premier enfilage a été soumis à l’action d’un agitateur de laboratoire et les seconds ont été portés de un à trois mois. Le résultat n’offre pas d’usures caractéristiques (D’Errico et al. 1993).

 

CONCLUSION :

Le fait d’utiliser des coquillages sub-fossiles à divers degrés de conservation et plus ou moins pulvérulents est un facteur important pour l’expérimentation. La cordelette en fibre de chanvre n’est pas exagérément coupante. Elle use considérablement un des tests les plus fins et n’occasionne qu’un poli localisé sur les tests les plus épais. Le diamètre du lien de suspension largement inférieur aux plus petits orifices est également un critère à prendre en compte. Cela permet aux éléments de se déplacer facilement en provoquant un frottement qui conduit à la rupture des fils superficiels au centre des torsions. Un port prolongé dans le temps devrait augmenter l’usure des éléments et parvenir à rompre le lien de suspension.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

AMBERT, P. ; ANDRE, J. ; BOUTIE, P. ; LEROY, S. ; DE LUMLEY H. (1993): Corbières littorales, complexe scientifique de Tautavel. Livret guide de l'excursion 1993 en Languedoc de l'association française pour l'étude du Quaternaire, Aix-en-Provence, Etudes de Géographie physique, Suppl. au n°XXII : 59-68.

 

AMBERT, P. ; AMBERT, M. ; MAURIN G. (1982): Géologie.- Littoraux miocènes et quaternaires du Languedoc occidental. C-R Académie des Sciences de Paris, t. 295, Série II: 251-254.

 

AUGEREAU, A. ; BONNARDIN, S. (1998): Marolles-sur-Seine « Le Chemin de Sens » (Seine et Marne)  et la fabrication de la parure en calcaire au Néolithique ancien. Bull. de la Société Préhistorique Française, t. 95, n°1: 23-39.

 

 BARRIERE, J. ; BOUTEYRE, G. ; DE LUMLEY, H. ; RUTTEN, P. ; VIGNERON, J. (1965): Relation entre deux surfaces rissiennes, une plage tyrrhénienne et des industries paléolithiques en Languedoc méditerranéen (Montels, Hérault). B.S.G.F., VII: 981-997.

 

BARRIERE, J. (1966a): « Sur le Quaternaire marin de l'étang de Bages et de Sigean (Aude) : Le rivage tyrrhénien du Moulin de l'Ile ». C-R somm. B.S.G.F. (2): 79-81.

 

BARRIERE, J. (1966b): Le rivage tyrrhénien de l'étang Bages-Sigean. Bulletin de l'Association Française pour l'Etude du Quaternaire, 4 : 251-283.

 

CHAVAN, A. (1945): Sur un dépôt pléistocène à cardium près de Gruissan (Aude). Compte Rendu Sommaire des Séances de la Société Géologique de France: 25-26.

 

COURTIN, J. (2000): Les premiers paysans du midi. Histoire de la France préhistorique de -6000 à -4500. La maison des roches éditeur: 1-128.

 

D'ERRICO, F. ; JARDON i GINER, P. ; SOLER i MAYOR, B. (1993): Critères à base expérimentale pour l'étude des perforations naturelles et intentionnelles sur coquillages. TRACES et FONCTION : Les gestes retrouvés, Actes du Colloque international de Liège, 1990, CNRS. Etudes et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, Eraul 50, Vol. 1: 243-254.

 

MALINOVSKI, B. (2002):Les argonautes du Pacifique occidental. tel Gallimard Ed., (1ère édition, 1989):1-606.

 

PAUC, P. ; REINHARD, J. (2002): Protohistoric shell bead manufacture and the problem of string suspension : recent studies in the northwest Mediterranean region. Malaco+Archaeology Group Newsletter, Issue Number 2, April 2002 ; coordinator : Janet Ridout Sharpe / j.ridou-sharpe@cabi.org, http://triton.anu.edu.au/: 2-5.

 

PAUC, P. (1997): Reproduction de perles circulaires réalisées en test de Cerastoderma edule. Les Journées d'Archéologie Expérimentale du Parc de Beynac (Dordogne, France)1996-1997, Ch. Chevillot (dir.) Bilan n°1 : 7-66.

 

PAUC, P. (2000): Activité de fabrication protohistorique de parures en coquillages marins. Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, t. CC : 23-28, 3 fig.

 

REINHARD, J. (1997): Faire une cordelette à deux brins. ARKEO junior, éd. Faton, N° 34 : 21.

 

SKAKUN, N.N. (1993): New implements and specialization of traditional industries in the Eneolithic of Bulgaria. Part 2 : Woodworking tools, Traces et fonction : les gestes retrouvés, Colloque international de Liège, 1990, CNRS. Études et Recherches Archéologiques de l'Université de Liège, Eraul 50, vol. 2 : 303-307.

 

TABORIN, Y. (1984): La Tombe néolithique de Germignac (Charente-Maritime), II : Les disques percés en test de lamellibranches. Gallia Préhistoire, T. 27, fasc.1: 98-108.

 

VERNET, J.-L. (1997) : L'homme et la forêt méditerranéenne de la Préhistoire à nos jours. Editions Errance, collection des Hespérides : 1-248.

 

 

Figure 1 : Foret à pompe

Figure 2 : Calibrage perpendiculaire à l’axe de rotation

Figure 3 : Calibrage parallèle à l’axe de rotation

Figure 4 : Tranche anguleuse

Figure 5 : Tranche arrondie

Figure 6 : Etat initial de la cordelette

Figure 7 : Collier expérimental

Figure 8 : Cône de l’orifice ovalisé

Figure 9 : Cône de l’orifice anguleux

Figure 10 : Orifice déformé

Figure 11 : Entaille sur le test d’Hexaplex trunculus

Figure 12 : Position de la cordelette dans l’entaille

Figure 13 : Etat de la cordelette usée au niveau proximal

Figure 14 : Etat de la cordelette usée au niveau latéral

Figure 15 : Etat de la cordelette usée au niveau distal

 

Mots clés : ateliers, coquillages, outils, parures, expérimentations, usures

 

Key words : workshops, marine shells, tools, ornaments, experiments, wear

 

  Référence bibliographique :

PAUC P. 2011 :

Complément d’expérimentation de fabrication d’éléments de parure en coquillages marins d’après les sites-ateliers et les sources de matières premières dans l’Aude - Sud de la France. La investigación experimental aplicada a la arqueología, II Congreso International de Arqueologia Experimental 26, 27 y 28 noviembre 2008 Ronda (Málaga, E.), A. Morgado Rodríguez, J. Baena Preysler, D. García González (eds), p. 255-262.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires