Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 10:07

Conception expérimentale de la pendeloque à ailettes globulaires à partir d’une typologie évolutive

 

Résumé

Le poster, exposé lors de l’hommage à Georges Costantini, résume, sur un premier panneau, les travaux de reproduction des pendeloques à ailettes globulaires, complétés par un élément de parure, plus abouti, doté d’appendices sphériques détachés. Le second panneau regroupe des modèles de l’Aveyron, de la Lozère et de l’Aude, accompagnés de quelques exemplaires espagnols et suisses ainsi qu’un fac-similé en calcite. Il s’agrémente d’une scène picturale imaginative qui s’oppose à la création artisanale actuelle. Il se termine par la liste des références bibliographiques d’où sont tirées les illustrations. 

 

Abstract

The poster was presented during the homage meeting to Gorges Costantini. The first panel summarizes the process of reproduction of pendants with rounded wings, together with a component of a more elaborated jewel with spherical appendix standing out. The second panel brings together examples from Aveyron, Lozère and Aude, with some others from Spain and Switzerland, as well as a facsimile in calcite. An imaginary scene exemplifies the making of a jewel, but it shows inconsistencies with our current knowledge. A list of references, from which the figures are taken from, ends the posters.

 

Resumen

En el póster, expuesto durante el homenaje a Georges Costantini, se resumen en un primer panel los trabajos de reproducción de los colgantes con aletas globulares, completados por un elemento más acabado dotado de apéndices esféricos destacados. El secundo panel recoge unos modelos de Aveyron, de Lozère y Aude, a los que acompañan algunos ejemplares encontrados en España y Suiza, así como un facsímil de calcita. Se complementa con una escena pictórica imaginativa que contrasta con la producción artesana actual. Finaliza con la bibliografía de donde se han obtenido las ilustraciones.

 

INTRODUCTION

 

L’idée de proposer un poster sur la conception expérimentale de la pendeloque à ailettes globulaires m’a semblé inéluctable, dans le cadre de l’hommage à Georges Costantini. Cette présentation succède à un travail de description (Pauc et al. 2005) partiellement utilisé pour la construction du premier panneau. La typologie évolutive aboutit au modèle le plus complexe en mettant en œuvre des techniques tout à fait plausibles. La seconde partie est consacrée aux parures typiquement caussenardes (Costantini, 1990 ; Simanjuntak, 1998), en relation avec les éléments du Narbonnais parmi lesquels se dégage le don conceptuel le plus évolué (Héléna, 1924,1925a, 1925b, 1937 ; Guilaine, 1976-1977).

Quelques modèles espagnols réunissent un exemple de base et d’autres beaucoup plus créatifs (Pascual Benito, 1998). Les exemplaires suisses montrent une certaine performance conceptrice (Ramseyer, 1995). L’œuvre de Zdenek Burian, intitulée « La fabrication des colliers » offre une scène de la vie quotidienne à Dolni Vestonice, en Moravie, au Paléolithique supérieur (Lagardère, 1990). L’expérimentation, par contre, permet d’exploiter des techniques et fournit ainsi des reproductions très proches de la réalité.

 

CONCEPTION

 

La reproduction de pendeloques suisses, en forme de hache, d’Egolzwil 3 et de Pully-Chamblandes, datées de la fin du 5e millénaire av. J.-C. (Wyss, 1994 ; Pauc et al., 2004), précède la création de pendeloques à ailettes (Pauc et al., 2005). Les éléments de parure spatuliformes, anciens, s’éloignent de la typologie de Barge et Bordreuil (1990-1991). Cette forme simple est comparable à l’élément non perforé de la grotte de Sargel à Saint-Rome de Cernon (Aveyron) (fig. 1), aux 3 pendeloques de la grotte des Trois Ours à Seynes (Gard) et à l’élément non perforé de la grotte de la Roquette à Conqueyrac (Gard) (Barge, 1982).

 

 La matière des pendeloques à ailettes du Narbonnais a plus fréquemment été déterminée comme de « L’albâtre calcaire », très rarement du marbre ou, plus simplement, de « l’albâtre » (Héléna, 1924, 1925a, 1925b, 1937 ; Guilaine, 1976-1977). Il s’agit vraisemblablement d’un calcaire métamorphique car l’albâtre, dans le cas qui nous occupe, s’entend au sens des tailleurs de pierre (marbriers) et non au sens minéralogique qui le définit comme une variété de gypse (sulfate hydraté), d’une faible dureté - 2 : rayable à l’ongle - (Foucault et Raoult, 2003). La meilleure façon de différencier ces deux matières est de faire un test à l’acide.

La majorité des reproductions a été réalisée en calcaire métamorphique ou marbre, et occasionnellement en calcite.

Les perforateurs ont été adaptés à la taille réduite des appendices de suspension des pendeloques en forme de hache et des pendeloques à ailettes. C’est la présence de microlithes, à Clairvaux, au Néolithique (Pétrequin et Pétrequin 1988) qui, au départ, a servi de référence. Les perforateurs ont été confectionnés, à partir d’éclats de silex. Les formes les plus caractéristiques sont les suivantes : pointe fusiforme, pointe à pédoncule dégagée par un épaulement unilatéral, pointe à pédoncule dégagée par un épaulement bilatéral. Leur taille a peu varié.

A la fin du 5e millénaire av. J.-C., on trouve des « Dickenbännli » (perçoirs), parmi lesquels on retiendra les microlithes complets (de 1 cm à 0,9 cm de long), associés à des éléments de parures en calcaire et en coquillage (Schlichtherle 1990). Ces parallèles archéologiques dévoilent l’utilisation de microlithes adaptés à la perforation de perles tubulaires dont les dimensions minimales atteignent 6 mm de long et 3 mm de diamètre.

L’évolution typologique des pendeloques à « ailettes » part d’une forme initiale naturelle, brute, passe à une préforme de base à épaulements bilatéraux, évolue différemment vers un modèle plus ou moins élaboré à ailettes étirées horizontalement, relevées ou retombantes, ou bien développant des appendices latéraux bilobés puis transformés en appendices bilatéraux globuleux (Pauc et al. 2005). La métamorphose de la pendeloque se poursuit en créant des appendices bilatéraux sphériques détachés.

 

DU GRAVILLON A LA FORME

 

L’idée créatrice naît dans le gravillon de calcaire métamorphique ou de calcite. Au premier coup d’œil on imagine la forme que l’on pourra en tirer (fig. 2).

A l’aide d’un petit polissoir anguleux en grès, fortement cimenté, on creuse les épaulements par frottement pour dégager l’appendice de suspension (fig. 3, fig. 4).

On fait de même pour la séparation, plus ou moins prononcée, des appendices bilatéraux qui présentent les formes les plus diverses suivant la configuration initiale du gravillon, de l’angle du polissoir et de l’exécution de l’artisan.

 

TECHNIQUE DE PERFORATION UTILISÉE

 

La petite taille de l’élément de parure, la finesse de la matière et l’épaisseur de l’appendice rendent délicat l’exercice de perforation. L’industrie lithique utilisée est tirée de petits éclats de silex retouchés (fig. 5, fig. 6). Le perforateur est coincé à l’extrémité d’une tige en bois fendue, par commodité. La main manipule le petit manche avec beaucoup de légèreté tout en étant très efficace (fig. 7). La partie active de l’outil taraude, d’une part, progressivement la matière. A mi-parcours, ou au-delà, cette opération est reprise sur la face opposée en veillant à ce que le cône de perforation soit bien centré. Effectuer cette dernière tâche sur un appendice de suspension particulièrement étroit exige d’être bien concentré, afin de conserver suffisamment de matière autour de la lumière pour assurer sa fonctionnalité. Cette phase peut se dérouler avant ou après la séparation des lobes.

 

FAÇONNAGE DES GLOBULES

 

L’élément de parure est disponible tel quel (fig. 8), mais l’idée créatrice poursuit son chemin. Le geste machinal pour modifier les appendices bilatéraux est le suivant : les globules sont formés par rotation alternée de leur extrémité sur une plaque de grès tendre, à composante limono-sableuse micacée (fig. 9). Cette action permet de passer d’une ailette anguleuse à une ailette globuleuse en formant une cupule dans la pierre. Les globules sont de taille différente ou, de façon plus améliorée, de même gabarit.

Une ultime étape expérimentale atteint le degré de perfection lorsque les globules de taille analogue, les plus arrondis possible, ont l’apparence de sphères détachées. Cette configuration singulière est obtenue en creusant, avec le tranchant d’un éclat de silex, une gorge à la base de chacune des boules (fig.10, fig. 11).

La confection de ces pendeloques requiert quelques qualités : un bon potentiel de création, une certaine habileté, de l’attention, de la patience, de la persévérance ainsi qu’une excellente acuité visuelle de près.

 

REPRODUCTIONS

 

 De nouveaux cas de figure fournissent les informations suivantes :

·        La figure 12 présente l’évolution à partir d’un gravillon ovale pris dans le sens horizontal (1), la préforme avec un appendice sommital légèrement dégagé et la séparation des appendices bilatéraux peu marquée (2), un premier perforateur utilisé (3a-b-c), un second perforateur utilisé (4a-b-c), un troisième perforateur utilisé pour calibrer la lumière (5a-b), la pendeloque avec l’extrémité des appendices bilatéraux légèrement arrondis (6).

 

·        La figure 13 présente l’évolution à partir d’un gravillon triangulaire (1), la préforme avec un appendice sommital dégagé (2), l’étape suivante avec la séparation des appendices bilatéraux peu marquée (3), puis la séparation des appendices bilatéraux accentuée (4), un premier perforateur cassé en cours d’utilisation (5), un second perforateur utilisé (6), la pendeloque avec l’extrémité des appendices bilatéraux arrondis (7).

 

·        La figure 14 présente l’évolution à partir d’un gravillon ovale pris dans le sens vertical (1), la préforme avec un appendice sommital dégagé (2), l’étape suivante avec la séparation des appendices bilatéraux nettement marquée (3), un premier perforateur utilisé (4a-b), un second perforateur utilisé (5a-b-c), un troisième perforateur utilisé pour calibrer la lumière (6a-b), la pendeloque avec l’extrémité des appendices bilatéraux arrondis (7).

 

La plaque expérimentale en grès tendre a servi à modifier, de façon plus ou moins notable, les appendices bilatéraux des quatre éléments de parure (fig. 15).

 

LES MODÈLES

 

L’ensemble des modèles caussenards (Costantini, 1990 ; Simanjuntak, 1998) comprend des stades de création allant du modèle de base, le plus simple, au modèle à ailettes globulaires de même taille. Les ailettes pointues étirées ne se cantonnent pas au Causse ; le modèle s’infiltre jusqu’aux grottes de la région de Narbonne (Héléna, 1924, 1925a, 1925b, 1937 ; Guilaine, 1976-1977).

Le fait n’est pas isolé dans ces grottes sépulcrales puisque l’on y trouve, entre autre, des parures en jayet, des armatures de flèches en sapin à bord crénelé, des palettes en schiste et le rituel de trépanation plus spécifique au Causse. Il s’agit très probablement d’une zone de contact et d’échanges entre le littoral et l’arrière pays, notamment pour les coquillages servant à la fabrication de parure, et plus particulièrement les rondelles d’enfilage en test de Cerastoderma glaucum dont l’activité de fabrication est bien représentée dans les Corbières (Pauc, 2000).

 

CONCLUSION : DE L’IMAGINATION A LA CRÉATION

La scène imaginée par Zdenek Burian, en 1958, sur « La fabrication des colliers » met au premier plan un homme du Paléolithique supérieur qui exhibe, entre ses mains, un collier de pendeloques à ailettes en ivoire de mammouth (Sauter, 1944), sous le regard de ses proches (Lagardère,1990, p. 43, n° 27). L’artiste représente l’outillage, disposé sur un établi, parmi lequel on distingue très nettement l’instrument principal : une pointe emmanchée. Ce domaine artistique ne saurait être comparé aux travaux expérimentaux incontournables. Dix années d’expérience dans la reproduction de parures les plus diverses m’ont familiarisée avec les matières et les instruments. Les pendeloques munies d’appendices bilatéraux sphériques détachés ont été confectionnées quasi spontanément. Ce serait laborieux de produire les mêmes objets en sculptant des boules avec un éclat de grès, ou un éclat de silex. Cette manière d’opérer me semble incertaine étant donné la petite taille des globules et leur parfaite régularité dans le meilleur des cas.

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

BARGE-MAHIEU H., BORDREUIL M. (1990-1991) - Révision des pendeloques à ailettes. Le Chalcolithique en Languedoc, ses relations extra-régionales. Archéologie en Languedoc 1990-1991, Colloque international, hommage au Dr Jean Arnal, Saint-Mathieu-de-Tréviers (Hérault) 20/22 septembre 1990, p. 183-204.

 

BARGE H. (1982) - Les parures du Néolithique ancien à l'Âge des métaux en Languedoc, Éd. du CNRS, 396 p.

 

COSTANTINI G. (1990) - Chalcolithique. Parures, Bijoux et accessoires dans l’archéologie aveyronnaise, du Néolithique au 17e siècle, Musée du Rouergue, Guide d’archéologie n° 1, p. 25-45.

 

FOUCAULT A., RAOULT J.-F. (2003) - Dictionnaire de Géologie. Dunod - Masson Sciences 5e édition, 379 p.

 

GUILAINE J. (1976-1977) - Le Néolithique, le Chalcolithique et l'Age du Bronze. Cahiers Ligures de Préhistoire et d'Archéologie, 25-26, p. 110-350.

 

HELENA P. (1924) -  Matériaux pour servir à l'étude de la Préhistoire du pays narbonnais - Les grottes sépulcrales des Monges à Narbonne. Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, t. XVI, 1ère partie, p. 1-65, planches 1-7.

 

HELENA P. (1925a) - Matériaux pour servir à l'étude de la Préhistoire du pays narbonnais - Les grottes sépulcrales des Monges à Narbonne (suite et fin). Bulletin de la Commission Archéologique de Narbonne, t. XVI, 2e partie, p. 193-240, planches 8-12.

 

HELENA P. (1925b)  - Les religions énéolithiques du Bas Languedoc d'après les sépultures de la région narbonnaise. Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, tome XXIX, p. 100-117.

 

HELENA P. (1937) - Les Origines de Narbonne. Eds. Privat, Toulouse -Didier, Paris, 489 p.

 

LAGARDERE G. (1990) - Peintres d'un monde disparu. La Préhistoire vue par les artistes de la fin du XIXe siècle à nos jours, Musée départemental de Préhistoire de Solutré, 135 p.

 

PASCUAL BENITO J. LL. (1998) - Utillaje óseo, adornos e ídolos neolíticos valencianos, Servicio de Investigación Prehistórica, Serie de Trabajos varios n° 95, Diputación Provincial de Valencia, 358 p.

 

PAUC P., MOINAT P., REINHARD J. (2004) - Le collier de la dame de Chamblandes. La mode à la fin du 5e millénaire avant Jésus-Christ : le collier de la tombe 1 de la nécropole de Pully-Chamblandes (CH). euroREA 1, Society for Experimental Archaeology Hradec Králové, Czech Republic and EXARC, R. Tichý (SEA) & R. Paardekooper (EXARC) directeurs,  p. 103-118.

 

PAUC P., MOINAT P., REINHARD J. (2005) - Description de la fabrication expérimentale du grain d’enfilage en akène de Lithospermum de type 2 et de la pendeloque à ailettes globulaires, euroREA 2, Society for Experimental Archaeology Hradec Králové Czech Republic and EXARC, R. Tichy (SEA) & R. Paardekooper (EXARC) directeurs,  p. 40-54.

 

PAUC P. (2000) - Activité de fabrication protohistorique de parures en coquillages marins. Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, t. CC, p. 23-28, 3 fig.

 

PETREQUIN A.-M., PETREQUIN P. (1988) - Le Néolithique des Lacs. Préhistoire des Lacs de Chalain et de Clairvaux (4000-2000 av. J.-C.), Éd. Errance, collections des Hespérides, 287 p.

 

RAMSEYER D. (1995) - Technologie, 4.11- Parures, SPM II, Néolithique, Bâle, p. 188-193.

 

SAUTER M.-R. (1944) - Essai sur la perle à ailettes. Annuaire de la Société Suisse de Préhistoire, n° 35, p. 118-124.

 

SCHLICHTHERLE H. (1990) - Siedlungsarchäologie im Alpenvorland I. Band 36. Landesdenkmalamt Baden-Württenberg. Kommissionsverlag Konrad Theiss Verlag, Stuttgart, 221 p., 69 pl. 

 

SIMANJUNTAK H.-T. (1998) - Étude de la collection du Dr Prunières, contribution à l'étude de la Préhistoire de la Lozère et des Grands Causses. CRDPL, Banassac - La Canourgue, 528 p.

 

WYSS R. (1994) - Steinzeitliche Bauern auf der Suche narch neuen Lebensformen Egolzwil 3 und die Egolzwiler Kultur. Band 1 Die Funde. Archaeologische Forschungen Herausgegeben vom Schweizerischen Landesmuseum Zürich, 300 p.

 

Remerciements

 Le poster a été réalisé avec à la participation de M. Sylvain Quertelet (Musée de Préhistoire de Solutré) pour l’illustration du tableau de Z. Burian, de M. Jean Vaquer (Centre d’Anthropologie de Toulouse) et Melle Hélène Vergély (EHESS-Toulouse) pour les clichés des colliers exposés dans les musées de Millau et de Rodez, avec l’accord de M. François Leyge et Mme Annie Philippon. Les deux panneaux ont été déposés au Service éducatif du Musée de Millau.

MM. Lionel Cavin et Josep LLuis Pascual Benito se sont chargés de la mise en forme des résumés.

Le cliché de la préforme de la Grotte de Sargel m’a aimablement été fourni par M. Jean-Pierre Serres.

Je dois à M. Patrick Moinat l’apport essentiel de parallèles pour le petit outillage lithique.

Cette note a été soumise à révision à MM. Jacques Coularou et Jean Gascó (Centre d’Anthropologie, Toulouse).

J’adresse mes plus sincères remerciements à toutes ces personnes.

Référence biblio :

PAUC P. 2006 : Conception expérimentale de la pendeloque à ailettes globulaires à partir d’une typologie évolutive. Hommes et Passé des Causses, Colloque de Millau 2005 Hommage à Georges Costantini, Textes réunis par Jean Gascó, François Leyge et Philippe Gruat. Centre d’Anthropologie – Millau,  Archives d’Ecologie Préhistorique Toulouse, p. 315-321.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires